LA LAVANDE, UN NOUVEL ANXIOLYTIQUE ?

Dernière mise à jour : 28 mars 2019

L’odeur de la lavande aurait un effet anxiolytique, au même titre que les médicaments contre l’anxiété, mais sans effets secondaires.

Les odeurs des huiles essentielles ou autres extraits de plantes sont-elles vraiment bénéfiques pour la santé ? La médecine traditionnelle est depuis longtemps persuadée de leurs effets relaxants et anxiolytiques. Mais est-ce un mythe ? Hiroki Harada et ses collègues, de l’université Kagoshima, au Japon, ont voulu en avoir le cœur net. Ils ont testé l’effet déstressant d’une odeur particulièrement utilisée en aromathérapie, celle de la lavande, chez des souris.

Pour ce faire, ils ont fait sentir aux rongeurs des vapeurs de linalol, le composé actif de la lavande, et ont mesuré leur anxiété avant et après la présentation de l’odeur grâce à deux dispositifs expérimentaux classiques. Le premier, une boîte jour-nuit, consiste à observer le temps que les souris passent dans chaque compartiment, l’un éclairé (ce qui les rend anxieuses), l’autre sombre. Le second, un labyrinthe surélevé, permet d’estimer le temps que les rongeurs passent dans chaque branche, deux étant ouvertes sur le vide (ce qui stresse les animaux) et deux autres étant fermées.

Les observations ont montré que, après avoir senti la lavande, les souris explorent deux fois plus la boîte éclairée et les bras ouverts du labyrinthe qu’avant ; preuve qu’elles sont moins anxieuses. Cet effet n’est pas observé avec des animaux anosmiques, dépourvus de neurones olfactifs. Les vapeurs de linalol suffisent donc à provoquer un effet anxiolytique en activant des neurones du nez.

On savait déjà que l’injection de linalol était efficace contre l’anxiété, à la manière des benzodiazépines, les anxiolytiques classiques qui agissent en se fixant sur des récepteurs neuronaux inhibiteurs dits gabaergiques. Mais, injectés dans le sang, les benzodiazépines et le linalol provoquent des troubles moteurs, un peu comme l’alcool. Or ce n’est pas le cas des vapeurs de linalol dans cette expérience. De plus, quand les chercheurs ont donné un inhibiteur de ces récepteurs gabaergiques aux souris avant de leur faire sentir la lavande, ils ont constaté que l’effet anxiolytique disparaissait. Preuve que celle-ci agit sur les récepteurs gabaergiques, comme les benzodiazépines, mais sans les effets secondaires moteurs.



8 vues

Posts récents

Voir tout